Environnement et aménagement des territoires

Environnement ©Jonathan SARAGO/CD67

Agir en faveur du développement durable en conciliant protection de l’environnement, soutien de l’économie locale et besoins de la société

Ainsi, le Département du Bas-Rhin intervient pour :

  • protéger et valoriser les espaces naturels sensibles
  • éduquer les citoyens à l’environnement
  • préserver les ressources naturelles
  • promouvoir et accompagner l’éco-exemplarité auprès des collégiens et des agents du Département
  • préserver les paysages en montagne
  • promouvoir et soutenir une agriculture durable
  • accompagner les collectivités locales (loi sur l’eau, inondations...).

Faire l’inventaire des arbres remarquables

Un arbre peut être remarquable de par ses dimensions, sa forme, sa place dans le paysage ou dans l’histoire, son rôle dans l’éco-système, sa rareté… Pour toutes ces raisons, il fait partie intégrante du patrimoine naturel de nos régions et doit être répertorié et préservé.

C’est l’objet de l’inventaire des arbres remarquables : à vous de le construire et de le faire vivre en repérant et proposant des arbres, en apprenant à les reconnaître…

Pour en savoir plus sur les arbres remarquables et l’inventaire, rendez-vous sur : 

Lutter contre les moustiques

La lutte s’organise autour de deux axes principaux :

  • la Lutte anti-nuisances (LAN) : elle est pratiquée depuis les années 1980, surtout le long du Rhin en forêt. C’est le travail du Syndicat mixte de Lutte contre les Moustiques (SLM 67) ; ses missions sont de limiter les nuisances du moustique et de veiller à l’équilibre environnemental.
  • la Lutte anti-vectorielle (LAV) : elle est dirigée contre le moustique tigre, très agressif et implanté dans le Bas-Rhin depuis 2015. Dans certains cas, il peut transmettre des maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika.

Concrètement, cela donne quoi ?

Le Département agit via :

  • une surveillance pour détecter ces moustiques dans le département
  • la prévention : incitation à la mobilisation sociale, traitements larvicides chez les particuliers et sur le domaine public, communication…
  • des traitements insecticides et des actions de mobilisation sociale en cas de risque sanitaire avéré.

Aménager l’espace rural

Pourquoi ? Pour mieux exploiter les propriétés agricoles ou forestières de nos campagnes, mettre en valeur les espaces naturels ruraux et contribuer à l'aménagement du territoire.

Cela passe par :

  • le regroupement des terres agricoles appartenant à un ou plusieurs propriétaires, divisées en de nombreuses parcelles dispersées
  • l'aménagement rural en choisissant de donner aux parcelles une vocation naturelle, agricole ou forestière ; ceci pour préserver l’environnement.

Pour quels résultats ?

  • Des parcelles plus grandes et donc des exploitations agricoles et forestières plus rentables
  • Des parcelles mieux configurées et mieux desservies
  • Des distances réduites par rapport à l’exploitation permettant de mieux mettre en valeur les terres et les bois
  • Des équipements collectifs (itinéraire cyclable, terrain de sport, station d’épuration…) installés plus facilement
  • Des dispositifs de lutte contre les coulées de boue plus simples à mettre en place
  • Une politique de protection de l’environnement, d’ouverture des paysages, plus facile à mettre en œuvre.

Le Laboratoire Départemental d’Analyses (LDA)

Son rôle est de protéger la santé publique, celle des élevages bas-rhinois, de la faune sauvage, de l’environnement et des végétaux. Il est également garant de votre sécurité alimentaire.

Pour en savoir plus sur le LDA, ses missions et outils, rendez-vous sur :

Gérer le Canal de la Bruche

Construit et mis en service par Vauban en 1682, le Canal de la Bruche a son origine à Soultz-les-Bains. Il débouche dans l’Ill, au niveau du quartier de la Montagne Verte à Strasbourg. 

Souvent contigu au cours de la Bruche, il parcourt près de 20 kilomètres à travers 11 écluses qui rattrapent un dénivelé de près 30 mètres. Il est alimenté par la Bruche et la Mossig.

Un ouvrage à partager

Le Département du Bas-Rhin en assure la gestion depuis 2008. L’année suivante, Il a engagé une concertation avec les acteurs locaux de terrain (communes riveraines, associations d’usagers), afin de définir les grands axes permettant une gestion partagée optimale : comment mettre en valeur ce patrimoine foncier, architectural et paysager ? Comment gérer les écoulements du canal et des Muhlbach ? Comment intégrer usage de l’itinéraire cyclable ?

Échanges et cessions d'immeubles forestiers : acheter, échanger ou vendre ses parcelles boisées

Le Conseil Départemental du Bas-Rhin en partenariat avec Forestiers d’Alsace, le CRPF Grand-Est et la Chambre d’Agriculture d’Alsace met en œuvre un nouveau dispositif de restructuration foncière appelé ECIF (Échanges et Cessions d'Immeubles Forestier). Ce mode d’aménagement foncier basé sur le volontariat va être mis en œuvre sur 4 communes tests (Neuve-Eglise, Diffenbach-au Val, Saint Pierre Bois et Saales) avant d’être éventuellement développé sur d’autres communes.

L’ECIF  a pour objectif de :

  • favoriser la réunion de parcelles mitoyennes,
  • résorber le micro-parcellaire,
  • agrandir la taille des unités de gestion forestières afin de garantir la gestion durable des forêts.

Ce dispositif permet de réaliser des échanges ou cessions sous seing privé sans acte notarié. Pour bénéficier de ce dispositif, le propriétaire forestier vendeur doit respecter certaines conditions :

  • céder l'ensemble des parcelles forestières sur la commune sans dépasser une surface de 1,5 ha et une valeur de 7500 euros,
  • réaliser la cession/échange avec un propriétaire disposant d’au moins d'une parcelle contiguë. Les échanges doivent permettre de constituer des blocs continus. Pour les échanges, ces seuils ne s’appliquent pas.

Pour plus d'informations sur le dispositif, rapprochez vous des animateurs :

Replantation des arbres fruitiers hautes-tiges

La Fédération des producteurs de fruits du Bas-Rhin a signé une nouvelle convention pluriannuelle d'objectifs pour 2020 avec le Département, s'engageant à maintenir et développer des vergers familiaux et traditionnels hautes-tiges.

Les bénéficiaires pouvant participer à l'opération replantation d'arbres fruitiers sont :

  • les particuliers
  • les associations et syndicats arboricoles
  • les associations rurales
  • les associations foncières pastorales
  • les communes
  • les établissements publics locaux d'enseignement des collèges

Retrouvez toutes les informations sur le site de la Fédération des producteurs de fruits du Bas-Rhin.

L'éducation à l'environnement

Qu'est-ce que l'éducation à l'environnement ?

Éduquer à l'environnement c'est recréer du lien entre les humains et leurs environnements naturel, social et culturel. Cela peut passer par un apport de connaissances scientifiques, de repères culturels et sensoriels, par la découverte d'un lieu, par un échange...

Elle questionne à partir des enjeux environnementaux, les dimensions économiques et sociales du développement durable. Elle a pour but d'amener les individus et les collectivités à saisir la complexité de l'environnement tant naturel que créé par l'homme.

Les objectifs de cette politique

L’éducation à l’Environnement est une politique ancienne et forte du Département du Bas-Rhin. Avec le soutien financier de l’Etat et des collectivités dont le Département du Bas-Rhin, le réseau associatif local, particulièrement dense en Alsace, est coordonné par l’Association Régionale pour l’Initiation à l’Environnement et à la Nature en Alsace (ARIENA), notre tête de réseau.

Localement ce sont les Centres d’Initiation à la Nature et à l’Environnement (CINE) qui assurent l’animation au plus près des habitants et du public scolaire. Dans le Bas-Rhin, ce réseau associatif est ainsi constitué de 4 CINEs et d’une dizaine d’associations plus spécialisées (fermes, associations écologiques et naturalites).

Les objectifs de la potitique du Département sont les suivantes :

  • soutenir le réseau associatif œuvrant en Alsace dans le domaine de la pédagogie à l’environnement et à la nature, et recréer un lien en particulier avec les Espaces Naturels Sensibles et les activités humaines qui s’y développent
  • conforter la tête de réseau ARIENA dans l’animation de cette politique, dans la mise en cohérence des actions, le partage d’expériences, d’outils et de compétences.

En quelques chiffres

  • Public scolaire : environ 40 000 par an soit plus de 3 000 animations
  • Grand public / public loisirs : environ 6 000 par an soit plus de 300 animations
  • Divers : classes natures / découvertes, événementiels (salon du livre nature, nuit de la chouette, nuit des étoiles, fête des vergers, festival des paysages), accueil de personnes en situation d’handicap, accueil de personnes en difficulté d’insertion

Vos contacts :

Enquête publique - Wingersheim les Quatre Bans

Vu le décret n° 2020-1257 du 14 octobre 2020, déclarant l’état d’urgence sanitaire, le Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin a décidé par arrêté du 29 octobre 2020, de suspendre l’enquête publique ouverte du 27 octobre 2020 au 28 novembre 2020 et portant sur le projet d’aménagement foncier (mode d’aménagement, périmètre et prescriptions) sur le territoire de la commune de Wingersheim Les Quatre Bans avec extension sur le territoire des communes de Gougenheim, Hohfrankenheim et Waltenheim-sur-Zorn.

Un nouvel arrêté du Président du Conseil Départemental précisera les modalités de reprise de l’enquête publique et les dates des nouvelles permanences.

Enquête publique - Hirschland

Vu le décret n° 2020-1257 du 14 octobre 2020, déclarant l’état d’urgence sanitaire, le Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin a décidé par arrêté du 29 octobre 2020, de suspendre l’enquête publique ouverte du 29 octobre 2020 au 30 novembre 2020 et portant sur le projet d’aménagement foncier (mode d’aménagement, périmètre et prescriptions) sur le territoire de la commune de Hirschland avec extension sur le territoire des communes d’Eschwiller, Rauwiller et Weyer.

Un nouvel arrêté du Président du Conseil Départemental précisera les modalités de reprise de l’enquête publique et les dates des nouvelles permanences.

Retour en haut de page