Territoires

Le suivi de la qualité des rivières

publié le : 24/11/16

Mis en œuvre par le Conseil Général en 2000, le Réseau d'Intérêt Départemental (RID) est un outil d'observation de la qualité des cours d'eau du Bas-Rhin.

Il s’inscrit dans le dispositif d'observation national d’évaluation de la politique de l’Eau, mis en œuvre dans le cadre de la Directive Européenne sur l'Eau de 2000.

Composé de 70 stations de mesures, ce réseau de suivi permet la production de données relatives à la qualité physico-chimique, biologique et hydro-morphologique des cours d'eau du Bas-Rhin. Les données ainsi produites alimentent les banques de données nationales. Elles sont consultables gratuitement à partir du site internet de l'Agence de l'Eau.

Le RID 67 est également un outil départemental de recueil et de synthèse des données relatives au cours d'eau produites par d'autres organismes (Agence de l'Eau, DREAL, …) et qui alimente l'Observatoire Départemental de l'Eau.

L'ensemble des activités de ce réseau est certifiée ISO 9001 version 2000 depuis 2001.

Les objectifs :

  • Acquérir une connaissance plus fine de la qualité des rivières bas-rhinoises.
  • Évaluer les tendances d'évolution à long terme de leur qualité et répondre aux exigences de la nouvelle réglementation européenne.
  • Évaluer et piloter les politiques du Conseil Départemental en termes d'aménagement des rivières et d'assainissement.
  • Communiquer l’information auprès des acteurs publics et de nos concitoyens.

Les actions :

  • Les campagnes de prélèvements et d’analyses physico-chimiques sont réalisées mensuellement. Plus de 4 000 campagnes ont été menées en 10 ans,
  • Un relevé hydro-biologique est réalisé chaque année. Plus de 300 listes faunistiques complètent le système d'information sur l'Eau du Bassin Rhin-Meuse,
  • L’évaluation de la qualité du milieu physique a été déterminée sur près de 2500 km de cours d'eau principaux.

La situation actuelle :

Sur les deux dernières décennies, la qualité physico chimique des rivières s’est globalement bien améliorée ; plus de la moitié des stations présente une qualité physico-chimique et biologique « bonne », surtout sur les hauts bassins. Cette amélioration générale doit cependant être nuancée selon les bassins-versants ainsi que pour certains paramètres (azote, phosphore).