#velo67

Culture-vélo :d'où vient la rustine ?

publié le : 26/03/19

Invitée impromptue de nos balades à vélo, la crevaison tombe toujours mal, surtout quand on est au milieu de nulle part. Dans cette situation, la rustine peut vite devenir notre meilleure amie. Mais d’où vient ce petit bout de caoutchouc qui, depuis un siècle, sauve la vie de biens des cyclistes aventureux ? Retour sur l’histoire d’une invention décidément bien pratique…

 Louis Rustin, le père de la rustine

Début du 20ème siècle, la bicyclette connaît son âge d’or et entraîne avec elle la création de tout un corps de nouveaux métiers. C’est dans ce contexte qu'en 1903, un certain Louis Rustin, coureur cycliste amateur, va profiter de cette vogue du vélo pour ouvrir avec son associé Jean Larroque, sa boutique de réparateur de vélos à Paris.


                                image_bas-rhin-louis-rustin.png
                               

En tant que cycliste, Louis Rustin est régulièrement confronté aux crevaisons du fait de la qualité moyenne des roues et du mauvais état des routes de l’époque.

C’est alors qu’il inventât une technique inédite de rechapage. Elle consistait à encoller une bande de cuir au caoutchouc du pneu. Cependant ce procédé, pas encore tout à fait au point, était très long et pouvait prendre plusieurs heures avant de rendre la roue tout à fait opérationnelle.

Encore un long chemin à parcourir pour le petit bout de caoutchouc que nous connaissons tous aujourd'hui !

Un procédé unique : la vulcanisation à froid 

La rustine d’aujourd’hui  ne serait pas grand chose sans l’intervention de l’ingénieur-chimiste Paul Doumenjou. Il est pour ainsi dire l’inventeur véritable de la rustine en y apportant de nombreuses améliorations chimiques et en poussant Louis Rustin en 1908 à breveter sa trouvaille. Mais ce n’est qu’en 1922 que le procédé définitif est trouvé : la vulcanisation à froid !

Cette technique revient à coller une pièce de caoutchouc sur le pneu avec une colle spéciale. La réaction chimique entre la colle et le caoutchouc  provoque une liaison étanche sur le pneumatique et annule son éclatement.

Une technique révolutionnaire qui facilitera la tâche à de nombreux cyclistes d’hier et d’aujourd’hui !

L’entrée dans la postérité

Suite au rapide succès remporté en France, le petit bout de caoutchouc fait le tour du monde et son nom entre dans le langage courant. Désormais, quelque soit son fabricant, une rustine est une rustine !  Un succès qui ne s’est pas limité à la réparation de vélos mais s’est étendu à d’autres types de transport puisque la compagnie Rustin SA s’est spécialisée, depuis 1972 dans la maîtrise de l’étanchéité du coautchouc à destination des voitures, trams,trains, métro, etc…

La rustine sera donc une alliée indispensable pour vos excursions cyclistes. N'oubliez pas de l'emmener avec vous avant de partir à l'aventure ! 


Crédits
:
 
Origine de la photo d'en-tête : www.citycle.com
Origine de la photo du paragraphe "Louis Rustin, le père de la rustine" : www.weelz.fr